Présentation d’Israël

Population >>> Ce qu’il faut savoir

 

left_pictures4Israël est le seul État dont la population s’est multipliée par 10 depuis sa création.

  • En 1948, à la veille de la naissance d’Israël, le pays comptait seulement 806.000 habitants. 68 ans plus tard, ils sont plus de 8 millions d’habitants. Plus précisément, au 9 mai 2016 (la veille de la fête nationale), on dénombrait 6.377.000 juifs (74,8% de la population) et 1.771.000 Arabes (20,8%), les 4,4% restants (374.000) comprennent les autres religions (chrétiens, Bahaï, etc).
  • La barre des 10 millions d’habitants devrait être franchie en 2025 ;
  • Israël a le plus haut de natalité des pays développés (3 enfants en moyenne par femme, alors que la moyenne internationale est de 1,7).
  • Chaque année la population croît de 2% (contre 1,3% en France).

 

Israël attire chaque année plusieurs milliers d’immigrants

  • De mai 2015 à mai 2016, 36.000 nouveaux immigrants se sont installés dans le pays. D’où venaient-ils ? Principalement de France (25%), d’Ukraine (24%), de Russie (23%) et des États-Unis (9%).
  • Ceux qui sont nés dans le pays (75%) s’appellent « Sabras », mot qui désigne les figues de Barbarie qui poussent sur les cactus (piquant à l’extérieur, mais très doux à l’intérieur).
  • Les nouveaux immigrants apportent avec eux un capital intellectuel très appréciable qu’ils vont réinvestir. C’est ainsi que nombre de médecins et d’ingénieurs aujourd’hui actifs en Israël ont été formés dans l’ancienne Union Soviétique.

 

Israël a le taux de chômage le plus bas du monde occidental : 4,70%

  • Plusieurs raisons à cela. Certains avancent que c’est « génétique » : de tout temps le peuple juif a dû se défendre pour continuer à exister. D’autres vont plus loin et assurent qu’un juif est incapable de rester sans rien faire. C’est pourquoi le Créateur lui a donné le jour du Chabbat, où il est interdit de travailler…
  • Ensuite, parce que le pays a dû se construire à partir de rien. Aussitôt après la proclamation de l’Indépendance, le jeune État a dû affronter plusieurs guerres tout en devant intégrer des vagues successives de milliers d’immigrants.
  • Enfin parce que la notion d’Etat-Providence, qui favorise la paresse, n’a pas cours en Israël. Les aides sociales sont beaucoup plus réduites qu’en Europe. Les nouveaux immigrants son aidés pendant un an, le temps nécessaire pour apprendre la langue et de prendre leurs repères.

 

Une étonnante diversité

  • Mélange d’Orient et d’Occident, Israël vous étonnera par la diversité de ses paysages. En Galilée, on se croirait en Provence ou en Suisse. Dans le sud, le Néguev est un véritable Sahara domestiqué. Les gratte-ciels de Tel-Aviv vous donneront l’impression d’être dans une métropole américaine. Et si vous descendez à Eilat, vous en reviendrez avec la certitude d’avoir découvert Tahiti sur la Mer Rouge.
  • La diversité humaine est aussi au rendez-vous : toutes les nationalités du monde sont représentées en Israël. Plusieurs générations d’immigrants ont réalisé un melting-pot unique au monde où se retrouvent Ashkénazes d’Europe Orientale, Séfarades du Maghreb ou d’Iran et d’Irak, Druzes du Golan, Bédouins du désert et musulmans de Cisjordanie.

 

En Israël, on se débrouille très bien sans l’hébreu

  • L’hébreu et l’arabe sont les deux langues officielles en Israël. Mais comme vivent ensemble des citoyens originaires de plus de 70 pays, l’anglais s’est vite imposé comme la seconde langue dans le monde des affaires et dans les relations sociales.
  • Les langues d’origine des immigrants ont suscité des médias particuliers. C’est ainsi qu’il y a des journaux et des radios (et même des télés) en français, en anglais, en russe, en espagnol ̶ et bien sûr en arabe. Ne pas parler hébreu n’est pas un obstacle pour nouer des contacts.

 

En Israël, l’humour est toujours au rendez-vous dans les rapports sociaux

  • Parce qu’il aide à supporter l’adversité et qu’il établit aussitôt un rapport chaleureux entre personnes, l’humour teinte en toile de fond les relations humaines.
  • Exemple : Face à la circulation trépidante des voitures à Tel-Aviv, un piéton qui n’arrive pas à traverser une avenue en interpelle un autre sur le trottoir d’en face. « Comment avez-vous fait pour traverser ? » Et l’autre de lui répondre : « Je suis né de ce côté-ci…. »
  • Les nouveaux immigrants apportent aussi leur contribution, comme en témoigne cette histoire : Un groupe d’immigrants juifs de Russie arrive à l’aéroport Ben Gourion. Des journalistes sont là pour les interroger. Parmi eux, on remarque un vénérable vieillard à la barbe patriarcale. Tout naturellement, les journalistes s’adressent à lui:

– Pouvez-vous nous dire quelle est la situation économique en Russie ?
– Bah, fit le brave Juif en se caressant la barbe, on ne peut pas se plaindre.
– Et dans le domaine du logement ?
– Eh bien, on ne pas se plaindre.
– Et l’antisémitisme ?
– On ne peut pas se plaindre.
– Si c’est ainsi, lance un journaliste, pourquoi venez-vous ici ?
Et le vieux sage répond:
– Parce qu’ici, on peut se plaindre!

Laisser un commentaire